Samedi 25 avril 2020

Malade malgré lui et Médecin imaginaire…

les passages soulignés en bleu renvoient à des liens Internet. Je conseillerais également de ne pas hésiter  à aller sur Wikipédia…

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, j’ai exercé la médecine générale pendant 30 ans jusqu’en 2007.

L’énorme majorité d’entre nous mourra d’autres choses que du coronavirus. Il faut quand même rappeler que le taux de mortalité, les experts en discutent toujours, mais c’est un ou deux pour cent. Sans doute moins quand on aura recensé tous les cas de personnes contaminées qui n’ont pas de symptômes ».

Ce texte ne prétend pas apporter une vérité révélée ou des solutions aux problèmes qui ont surgi face à l’épidémie de la nouvelle peste : le Covid19 (puisqu’il faut bien l’appeler par son nom )Ce n’est qu’un assemblage un peu en vrac, de questionnements et de réflexions issues de mon cerveau qui pour l’instant paraît encore à peu près en état de fonctionner…Les écrits pouvant se rattacher à ce sujet sont innombrables et le développement technologique d’Internet permet en cela de compléter les infimes connaissances qui émergent de cet organe logé à l’intérieur de mon crâne.

Il m’a été inspirée par deux écrits récents que vous  trouverez en pièces jointes de ce texte.                       

L’article ethique Masclet de mon excellent confrère Alain Masclet, médecin généraliste, féru d’éthique médicale que j’ai longtemps fréquenté pendant les années où je pratiquais des formations médicales dans le cadre professionnel. Cet article faisant écho à ethique Raoult d’un autre ineffable confrère (on ne choisit pas) le cabotin Didier Raoult. Le premier exerce dans le nord de la France, le second croit le faire dans le sud. On ne peut pas être à une distance plus opposée. (géographiquement, bien sûr !)        

 Bonne santé ? mauvaise santé ? Santé publique ?

La santé relève généralement autant de l’individu que du groupe. Elle se définie (OMS) comme

« un état de complet bien-être physique, mental et social,

et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité »

Toutes les sociétés humaines ont eu recours à des croyances médicales relevant du mythe ou de la superstition pour expliquer la naissance, la mort et la maladie. Au cours de l’histoire, la maladie a été attribuée à la sorcellerie, aux démons, aux influences astrales contraires, à la volonté des dieux, ainsi qu’à d’autres croyances païennes. Ces idées restent encore répandues, avec la foi en la guérison par la prière et le recours à des sanctuaires dans certains endroits, bien que la montée en puissance de la médecine scientifique au cours du dernier millénaire a éclipsé et rendu caduques bon nombre de croyances théologiques ou métaphysiques..

La santé publique(wikipedia) désigne à la fois l’état sanitaire d’une population et l’ensemble des moyens collectifs mise en œuvre.

La médecine (Wikipédia)  cherche à préserver la santé par la prévention et le traitement des maladies mais également au niveau individuel par la relation médecin-patient .

La thérapeutique et les soins, Les médecins les soignants ?

En médecine on a souvent tendance à mélanger les notions de thérapeutiques et de soins

La thérapeutique concerne l’indication médicale et la mise en œuvre des moyens  étiologiques et symptomatiques:

  • préventif comme l’hygiène et les vaccinations, l’interruption de grossesse…
  • curatif comme les médicaments, la chirurgie, les rayonnements de diverses sources, la radioactivité, la rééducation, la psychothérapie…
  • palliatif tels la pose de prothèses, la chirurgie réparatrice, le soulagement de douleur, l’aide à la fin de vie.

Les soins sont une notion plus large et donc plus vague :

  • La thérapeutique en fait partie au niveau de son exécution pratique : préventifs, curatifs, palliatifs, et de l’appréciation du bénéfice/risque du traitement.
  • la notion s’étend aux soins d’urgence, soins intensifs , soins mortuaires…
  • les Soins infirmiers sont l’ensemble des activités assurées par le personnel infirmier et de rééducation.
  • cette idée comporte une composante qualitative voire compassionnelle : Être aux petits soins pour quelqu’un, être très attentionné avec lui, accompagner affectivement un malade dans sa souffrance et dans son agonie.

Une action médicale peut donc être théoriquement classé selon le but poursuivi pour l’individu ou la protection de la collectivité mais « chacun voit midi à sa porte » : c’est au point de vue individuel que je m’intéresse ici.

Quels sont les attentes des patients qu’ils soient malades, en bonne santé ou hypocondriaque face au thérapeute ? Ils attendent bien sûr de recevoir les moyens de Guérir ou d’être soulagé.

J’ai souvent entendu la phrase : « si je dois mourir Docteur j’aimerais que ce soit subitement ou en dormant » mais jamais « j’aimerais mourir lentement et en souffrant beaucoup ». Si cela avait été le cas je pense que j’aurais adressé le demandeur à un confrère psychiatre. Pourtant dans certains cas, moins rare qu’on ne le pense, le médecin peut s’interroger à propos de son patient sur « sa vie vaut-elle la peine d’être vécue ? ».

******************** quelques liens… ****************

Le savoir et la méconnaissance d’un médecin :

Quels critères pour Le choix de la thérapeutique ou de l’abstention face au bénéfice/risque.

Six histoires médicales qui illustrent l’importance vitale des essais cliniques (Publié le 13/04/2020)

L’erreur médicale…

La médecine et le principe de Précaution

L’incertitude médicale

éthique, morale et médecine :

L’ego du sachant face à l’ignorant… (L’ego désigne la représentation et la conscience que l’on a de soi-même)

La médecine spectacle

Les Soins de santé restent contemporains des mœurs et tiennent compte des dynamiques déthique et de bioéthique, telles que vie privée, avortement, euthanasie, clonage ou encore manipulations génétiques.

Refus de soins de la part du malade

Refus de soins de la part du médecin

l’obligation de soins de maladie contagieuse

Vivre ou Mourir En France, l’euthanasie ou l’aide au suicide assisté n’est pas légale.

L’ Eugénisme  est « l’ensemble des pratiques visant à sélectionner une population en se basant sur leur patrimoine génétique et à éliminer les individus ne rentrant pas dans un cadre de sélection prédéfini ». Il peut être le fruit d’une politique délibérément menée par un État. Il peut aussi être le résultat collectif d’une somme de décisions individuelles prises par les futurs parents, dans une société où primerait la recherche de l’« enfant parfait »

Un Charlatan est une personne qui pratique l’imposture, ou un jeu de dupes envers autrui, grâce à des trucages, des déformations de la réalité (par exemple via l’exploitation de biais cognitifs), ou des falsifications, en vue de gagner sa confiance, généralement pour obtenir de l’argent ou tout autre avantage. (Knock, Freud, Hahnemann, Benveniste…Mengele, Médecins de Molière…Raoult ?)

 Le Charlatanisme e est la manière d’agir propre à un charlatan. Le terme est notamment utilisé dans le domaine médical : homéopathie, psychanalyse, médecine naturelle, hypnose, La mémoire de l’eau, coupeur de feu…

Les médecins sont soumis au code de déontologie médicale, présent dans le code de la santé publique. Les soins doivent s’administrer conformément à ces règles : c’est pourquoi on parle de profession réglementée.

Le serment d’Hippocrate est un texte dont l’original à probablement été rédigé au IVe siècle av. J.-C.  De nos jours ce serment dont le contenu a évolué au fil du temps et des connaissances n’a pas plus de valeur juridique que la Bible, les Évangiles ou le Coran…

La philosophie de l’histoire…

Trois livres ont fortement marqué dans ma jeunesse lointaine la philosophie sur laquelle j’ai bâti mon athéisme.

« science fausse et fausses sciences » du biologiste Jean Rostand

« Le normal et le pathologique » de Georges Canguilhem 

« Physique et philosophie » de Werner Heisenberg

Montaigne, a écrit : « Tu ne meurs pas de ce que tu es malade, tu meurs de ce que tu es vivant »

Voltaire écrivait lui : « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé. »

André Comte-Sponville, grand philosophe contemporain, vient d’écrire:

«Laissez-nous mourir comme nous voulons!» La mort fait partie de la vie, et si nous pensions plus souvent que nous sommes mortels, nous aimerions davantage encore la vie parce que, justement, nous estimerions que la vie est fragile, brève, limitée dans le temps et qu’elle est d’autant plus précieuse. C’est pourquoi l’épidémie nous pousse à aimer encore davantage la vie. 

Le philosophe poursuit (Europe 1, le 19 avril 2020): Il faut rester prudent et veiller à ce que ce confinement ne s’éternise pas : « Quand j’entends à la télévision des médecins nous dire qu’on continuera tant que ça sera médicalement nécessaire je dis : attention. Il n’est pas question que l’on nous enferme indéfiniment pour une maladie ». D’autant que la létalité du coronavirus n’est que de 1 ou 2%, argumente-t-il, mettant en parallèle le nombre de morts de l’épidémie et celui des cancers ou d’Alzheimer. Le confinement a des retombées économiques lourdes dont seront victimes en priorité les plus jeunes. Ils n’osent pas dire ça parce qu’ils ont peur qu’on les accuse d’oublier leurs aînés, mais moi qui ait 68 ans, je ne supporte plus que, pour sauver notre vie éventuellement, mais nous mourrons quand même par ailleurs, on sacrifie l’avenir de nos enfants », s’indigne-t-il. Et de poursuivre : « On est en train de créer des millions de chômeurs. (…) Je ne peux pas considérer sereinement le fait qu’on est en train d’endetter massivement nos enfants, de refaire du chômage alors qu’ils commençaient à reculer pour s’occuper de notre santé, de vieux », conclut celui qui assure ne pas avoir peur de la mort : « Il faudra bien mourir un jour de toute façon ».

En conclusion… Les funérailles (Brassens)

 

 

 

.

 

Rubriques à la une : 25 avril 2020

éditoriaux antérieurs

Et en même temps… mars 2020

Connerie du moment

Pâques au tison…  cloches confinées !

Leurres et Bateleurs

La médecine spectacle n’est pas la science

Phantasmes écologiques

l’écologie fait grincer les sans dents !

Quelques Faux Médecins de Toujours

Cliquer sur un photo pour l’agrandir et voir son nom

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.