Presqu’un quart de siècle à Morette : Entretien avec Fabienne et Didier Trichard

j’ai rencontré Fabienne et Didier au cours d’une fête organisée par l’association des sept collines.

Fabienne ayant avoué qu’elle avait « adoré » un polars que j’ai écrit il y a quelques années qui se passent dans la région, flatté, j’ai sympathisé avec eux et ne pouvait qu’avoir un entretien sur leur vie à Morette.

pourquoi habiter Morette ?

En 1992 le couple habitait ensemble au Versoud. En 1994 Didier ayant terminé son service militaire, ils se sont mariés. Didier travaillait Chez Legrand et Fabienne après avoir était employée dans le privé a choisi d’entrer dans l’enseignement comme institutrice. Recherchant une habitation a Tullins pour des raisons géographiques et d’infrastructures. Ils ont été attirés par Morette pour le prix plus favorable des terrains. La mère de Fabienne qui habitait Saint-Étienne était quelque peu « effrayée » par le côté très campagnard.

 

 

Origine de la famille

Les grands-parents de Fabienne sont originaires de Haute-Loire et de la Loire. Elle-même est née en 1966 à Saint-Étienne. Sa mère travaillait « évidemment » à Manufrance et son père était plombier.

Didier lui est né en 1969. Sa famille est originaire du Rhône. Des deux côtés c’étaient des salariés.

Fabienne a passé un DUT de mesures physiques à Saint-Étienne. Elle travaillait dans une entreprise à Oyonnax. Ensuite elle a passé une maîtrise en cours du soir à Grenoble pour pouvoir faire de l’enseignement.

Didier a passé un DUT à Villeurbanne puis est devenu ingénieur en génie mécanique.

Ils se sont rencontrés à Grenoble, au cours de soirées entre amis.

Ils ont deux enfants : deux filles nées en 1996 et 1998.

Fabienne travaillait alors à Montbonnot donc ils ont pris une nounou à Morette mais par la suite leurs filles ont été scolarisées directement à Tullins pour des raisons pratiques.

À l’heure actuelle Didier travaille aux aciéries et laminoirs de Rives et Fabienne est institutrice

d’abord titulaire à l’IME de Tullins puis comme remplaçante par choix depuis 11 ans. Elle change donc souvent de lieu de travail.

Catholiques non pratiquants mais leurs filles ne sont pas baptisées.

Évolution sociale à Morette.

Depuis qu’ils ont emménagé dans le lotissement où ils avaient acheté le terrain, plusieurs maisons se sont construites autour de chez eux, traduction d’une augmentation démographique.

Cela pose un peu des problèmes de circulation et de et de parking.

Ils se sont rapprochés des paysans proches pour leur acheter du lait par exemple et es œufs.

Ils ont eu assez peu de relations avec d’autres Morettins jusqu’à ce que les enfants soient scolarisés ce qui les a rapprochés des parents d’élèves.

Événements locaux

Fabienne a été marquée par certains décès de vieilles personnes du voisinage.

Ils n’ont pas connu la fête des fours… il y a eu pendant 3 ou 4 ans une « fête du village » et qui réunissait pas mal de Morettins et des gens extérieurs à la commune, mais cela demandait une préparation trop lourde.

Plus récemment ils ont apprécié les événements créés par l’association des« sept collines de Morette ». Fabienne est secrétaire de cette association depuis quelques années. Ça reste compatible avec ses activités quotidiennes. Elle aimerait pouvoir recréer une espèce de « fête » pour fédérer les différentes associations Morettines… la chasse, les boules, les archers…

Difficile de créer ce qu’on appelait les bals du fait des bagarres et de l’alcool.

Il faudrait aussi mélanger les seniors et les plus jeunes… pour améliorer le lien intergénérations.

Sauf exception l’agriculture parait très difficile.

Ils regrettent un peu le départ de l’entreprise Chapel et ils espèrent que le repreneur pourra rester.

Ils souhaitent une piste cyclable entre Morette et Tullins, Ainsi qu’un bar tabac mais ça leur parait illusoire. Certaines petites communes s’y essayent avec des bénévoles.

Coté civisme

Il est certain que depuis un siècle l’évolution des transports et des communications a complètement bouleversé les rapports de travail et de voisinage. C’est irréversible.

Comme enseignante elle est navrée de l’évolution des langages et le manque des respects

Les réseaux et les media montrent le pire… l’évolution violente extrémiste fait peur.

Ils se sentent à l’aise dans la commune mis a part le traitement des poubelles.

Il leur parait correcte de trier leurs déchets.

Pour Didier la communauté de commune de Saint Marcellin est difficile à gérer car le bassin de vie est plutôt vers Tullins mais la fusion entre Cras et Morette serait une bonne chose malgré les querelles de clocher, mais Fabienne pose le problème de l’utilisation de la Mairie en cours de rénovation et craint que ca accentue la distension des liens. Mais la coordination intercommunale des écoles est une très bonne chose.

Cet entretien a eu lieu début 2020. Depuis, Didier a été élu au conseil municipal.

C’était avant le confinement de l’épidémie de coronarovirus et avant l’assassinat politique d’un professeur dans la région parisienne…