Morette : Céline et Julien Roussel, à peine arrivés et déja concernés.

Julien a 34 ans est originaire de Saint-Étienne de Crossey.
Sa famille est originaire d’une zone rurale du Puy-de-Dôme en Auvergne
son père est formateur dans le domaine des transports. Sa mère est contrôleur des impôts.
Céline a 34 ans vient de Massieu, à proximité de Chirens.
Il est cadre dans le secteur privé dans le domaine de la logistique internationale du transport, à Saint Martin le Vinoux.
Céline est cogérante avec son père d’une société de traitement des eaux.
Ils ont habité à Réaumont pendant cinq ans
Ils souhaitaient habiter une maison individuelle à la campagne avec leurs enfants, et ont fait construire leur villa à Morette, un peu par hasard en trouvant le terrain par l’entremise d’un collègue de travail de Julien, sur une zone qui venait de se lotir. Ils ont aménagé il y a environ deux ans.
Ils ne connaissaient pas encore Morette. Ça correspondait à leur choix et aux conditions géographiques de transport en rapport avec leur travail.
Ils font tous les 2 le trajet aller-retour vers leur lieu de travail.
Ils ont des relations sociales simples. Ils ont été bien reçus aussi bien par les paysans que par les autres habitants.
Les contacts de voisinage se font par le biais des parents d’élèves à l’école.
Les fêtes de voisins ont permis de faire de nouvelles connaissances.
Julien apprécie la ruralité tranquille du village.

il est sûr que c’est l’omniprésence de la culture des noix qui qui les a le plus frappé.
Ils ne sont pas très inquiets en ce qui concerne les traitements pesticides ou par bouillie bordelaise.
Ils ne fréquentent pas l’église car ils ne sont pas pratiquants mais il trouve le bâtiment très joli.
Bien sûr il n’y a aucun commerce local mais la présence d’une école primaire est appréciable.
À ce jour, ils n’ont pas eu de problème au point de vue santé et médecin.

C’est vrai qu’ils ressentent comme un petit manque, un petit centre avec un bistro épicerie comme le café de la bascule à Cras.
Ils ne sont jamais allés participer au club des boules ni aux archers. Ils font du vélo, du ski et des promenades.
Le développement des médias télé et Internet tuent un peu le lien social et les commerces locaux, mais c’est une évolution technique inévitable… il y a aussi des côtés favorables dans les échanges par Internet et le téléphone et des inconvénients par la désinformation.

Ils sont favorables à un maintien de la commune de 450 habitants et pas à une fusion avec les communes voisines. Ils croient que le village doit garder son indépendance.
Par contre la coordination des deux écoles entre Morette et Cras a été une bonne chose.
Il serait plus favorable à rattacher Morette au pays Voironnais plutôt qu’à saint-marcellin comme c’est le cas actuellement. Le bassin de vie paraît être plus sur Tullins que sur Saint-Marcellin.

Cet entretien a eu lieu en janvier 2020. Candidat sur la liste municipale de Franck Doriol en mars, Julien a été élu et est désormais un des adjoints au maire…