Arnaud : venir, repartir...

Entretien de janvier 2020

Arnaud  est originaire de Picardie 47 ans, son épouse est né à Bourgoin 44 ans, ils ont deux enfants de 14 et 17 ans 

Le couple est actuellement Agent d’assurances à Tullins, Moirans, Vinay, Voiron… D’abord salarié dans le nord de la France pour AXA il y a 24 ans,  ils ont repris l’agence de Tullins lorsque son prédécesseur est parti en retraite.

Ils ont habité à Tullins entre 1998 et 2009. En 2009 ils ont déménagé sur Morette attiré par « la campagne » pour pouvoir élever leurs enfants « dans la sérénité et le calme »

le prix du logement n’a pas joué un grand rôle, c’est l’emplacement géographique qui a primé. Ils ont acheté un terrain au hameau des Feugères et ils ont fait bâtir une maison.

Pas de problème de transport pour travailler. Les deux enfants, âgés de sept et quatre ans à cette époque, ont continué à aller à l’école primaire à Tullins.

Relations de voisinage :

A leur arrivée il ne connaissait personne hormis des clients assurés. Les relations avec son proche voisin, Michel, était excellentes dès le début.Dans le voisinage c’étaient des paysans sans problème, à une exception près qui nous a fraîchement accueilli car il craignait « des nuisances ». Mais au bout de quelques mois ses difficultés se sont aplanies. 

Plus récemment la mairie ayant décidé de marquer le hameau avec un panneau de signalisation, cela a été mal ressenti par les habitants (une dizaine d’habitations et une trentaine d’habitants) qui ont considéré que c’était une façon de séparer les Feugères du reste de la commune…

D’une manière plus générale, leurs enfants vont à l’école avec ceux de l’ancienne maire sortante et s’entendent bien, mais à titre personnel, il n’a guère apprécié son comportement un peu rigide à l’époque. Elle était un peu sectaire du fait d’un militantisme écologique trop marqué pour un petit village il n’y a pas de raison de faire pression sur les agriculteurs comme elle le fait. Le seul article que lui a consacré le Dauphiné Libéré pendant son mandat a été pour faire état de son refus « de faire la bise » aux autres élus de la communauté de communes. Ce qui est d’un ridicule achevé.

Évolution sociale et démographique.

Arnaud trouve que le village est assez équilibré dans son évolution depuis qu’ils y habitent. Il y a encore des canards qui traversent la route ! Il ne trouve pas que les constructions récentes depuis 10 ans posent problème. La nouvelle population est venue habiter ici pour être tranquille à la campagne. La peur de l’étranger reste un fantasme.

Si on compare au village voisin de Cras qui s’est beaucoup plus développé au point de vue lotissement, Morette a plus conservé une atmosphère de village.

Événements locaux ponctuels

Les concours de boules font partie d’une image fantastique pour Morette. Cinq ou six fois par an, on voit plusieurs dizaines de voitures de joueurs de toute la région dans une ambiance extraordinaire.

Il regrette que « la fête des fours » (que personnellement il n’a jamais connu) se soit arrêté car il paraît que c’était un événement très suivi, peut-être trop lourd à organiser de façon pérenne ces dernières années.

Activité locale à Morette

Agriculture : on constate une diminution des traitements pesticides en 10 ans. Les grands-parents de son épouse étaient agriculteurs à Saint-Savin.

Ecoles : Ses enfants sont allés à l’école à Tullins jamais à Morette. Les enfants prenaient le bus scolaire pour aller à Tullins. Mais si une école locale a été primordiale dans le passé, il ne faut pas se faire des illusions et des écoles avec 10 ou 20 enfants dans les petits villages sont condamnées au profit de regroupement dans les bourgs voisins.

De la même façon l’évolution vers la fusion de petites communes comme Morette et Cras, semble inévitable pour des raisons d’économie d’échelle.

Mais l’esprit de clocher reste très fort chez les anciens. Chaque village veut garder son identité.

Accès aux soins : a été peu concerné, ponctuellement sur des cas aigus pour les enfants. Pas de difficultés ressenties particulières. (cet entretien a eu lieu avant l’apparition du Coronavirus)

Commerces : Il n’y a plus dans la commune.

Des commerces et des services indépendants peuvent encore exister, mais il faut une volonté une aide de la municipalité qu’il n’y a pas eu ces dernières années. Ceci dit, il est certain que la proximité d’un bourg comme celui de Tullins où il existe des commerces mêmes si ceux-ci ont migré à la périphérie, autour de Carrefour ou d’Intermarché, est un avantage par rapport aux périphéries urbaines.

Arnaud n’a connu que le bistro de Madame Debernardi : il y est allé plusieurs fois et il reste persuadé que comme nouveau restaurant avec une clientèle qui viendrait de plus loin, comme il en existe à Malatras par exemple non loin d’ici, sur la route entre Tullins et Morette. Certains villages comme Saint-Quentin sur Isère, s’y essaye. Ça pourrait fonctionner au moins les week-ends. Avec le soutien de la commune.

L’église : n’étant pas pratiquant, la famille ne se sent pas concernée.

Taxes et impôts locaux : Jusqu’à maintenant, celles-ci lui ont paru relativement mesuré et en adéquation avec les besoins par rapport aux zones urbanisées. Reste à voir les changements à venir.

Bâtiment de la mairie : S’il y a une fusion avec Cras qui a une mairie entièrement refaite, à quoi va servir le bâtiment actuel de Morette ?

Arnaud pense que le centre de Morette pourrait être plus adapté à une vie de village, avec le boulodrome, le terrain de sport, éventuellement la renaissance d’une épicerie et d’un bistro… et que la salle communale pourrait continuer à vivre au gré des réunions et des rencontres.

Pour lui, Internet et la télévision ne sont pas un obstacle à ces rencontres physiques entre habitants.

Paradoxalement au bout de 10 ans Arnaud et sa famille déménagent et quittent Morette.

Quelle est la raison de ce départ ?

Les enfants qui grandissent et qui ont 14 et 17 ans et font au lycée à Voiron. Les activités sportives des ados sont dispersées et les horaires des transports scolaires sont difficiles : le matin le bus passe entre six et sept heures. Et le soir ils sont obligés d’attendre à l’agence AXA de Tullins que leurs parents puissent les ramener

De plus son épouse et lui-même travaillent maintenant dans des agences différentes, Moirans Tullins Vinay…

Ils ont donc décidé d’aller vivre à Voiron pour des raisons de commodité pratique et d’horaires. Ils ont donc mis leur maison en vente pour en racheter une autre. Mais pour des raisons affectives ils ne veulent pas la brader.

Les enfants en sont plutôt contents car plus proches de leurs copains d’école et un réseau Internet plus performant !